The Good Fight : avis sur la série

The Good Fight : avis sur la série

The Good Fight est une série américaine du genre dramatique et judiciaire, de 20 épisodes répartis en deux épisodes. C’est un peu comme The Good Wife mais sans Alicia Florrick. Tout se ressemble dans la majorité de points, dont notamment le casting, le scénario, les mises en scène, le rythme, les contenus des épisodes… Bien sûr, c’est la suite logique de son prédécesseur.

Le scénario se déroule suite à un scandale qui a détruit la réputation de la jeune avocate Maia Rindell (la filleule de Diane qui vient de passer le barreau) et le compte en banque de sa marraine, la remarquable Diane Lockhart (Christine Baranski). Un cabinet de Chicago majoritairement afro-américain les récupère. Diane y trouve l’occasion son ancienne collègue Lucca Quinn (Cush Jumbo qui reprend également son rôle). Ce dernier a rejoint le cabinet, et Diane est sur le point de prendre la retraite après avoir bouclé son dernier dossier.

Le père de Maia est aussi inculpé d’avoir monté une pyramide de Ponzi et volé des millions de dollars à différentes personnes. Etant détruite, Diane doit dire adieu à ses rêves de maison en Provence. Les gens accusent également Maia d’être le complice de son père. Les drames et les sagas de la justice et du droit vont commencer. Les obstacles vont constamment se passer devant les héroïnes de la série, et comptent pas s’arrêter facilement. N’ayant pas peur de rien, elles vont faire face à leur problème et essayer de traverser un chemin troublé par la politique et les enjeux financiers.

Parfois, le monde de la justice ne fait que détruire les humains, mais ce n’est pas toujours le cas. C’est aussi un moyen de faire barrière que certaines choses fausses soient admises comme la vérité, simplement parce qu’on veut les croire. Il est le traitement adapté contre la nervosité entraînée par les « faits alternatifs ».

the-good-fight

Avis et critiques de la série

Certes, cette série est riche en nervosité mais pas assez de combat d’une femme. Si les séries intelligentes qui vous apprennent tout ce que vous devez savoir autour du droit vous intéressent, celle-là est parfaite avec des personnages et des intrigues incroyables. Les différents épisodes méritent tous d’être regardés. Ils reflètent le conflit moral qui passionne beaucoup plus le public durant les sept saisons, mais il s’est envolé une fois que l’Amérique essaie de bénéficier d’une nouvelle conscience.

La série The Good Fight se range dans les meilleures séries judiciaires, c’est sûr. L’épisode 1 intitulé Inauguration commence par une scène de Diane Lockhart (Christine Baranski qui reprend son rôle) en train d’écouter le discours d’inauguration de Donald Trump à la présidence. Les développeurs et les scénaristes de la série ont bien planifié les scénarios, mais ont souligné principalement leur talent à créer les personnages féminins plus marquants, ce qui rend la série encore plus intéressante. C’est aussi agréable de voir la force d’une actrice âgée endossant le rôle d’un personnage afro-américain et une lesbienne. La série est emplie de risque et de surprise. Sans oublier que quelques touches d’humour s’allient des fois à l’ambiance dramatique au tribunal.